Croquis du soir

 

Les reflets de l’astre
Brodent sur la mer
Un divin désastre

Et le jour amer
Se saborde et tombe
Ainsi qu’une bombe

En cent-mille éclats
Dans l’eau diluée
La nuit engluée

Par ses pugilats
Entame sa marche
D’un air patriarche

 

Youri LYRIANOV — 04/09/18

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s