Dolor

Mes plus grands secrets sont de toi
Et de toi je connais la traîtrise
Et ton doux parfum — sur le toit
De nos sincérités allusives.

Pavant le ciel de nocturnes antiennes
Nos cœurs maladroits — par le vent
D’un soir noir couvant l’horreur ancienne,
S’évadaient vers de lointains couvents.

S’inondait le sol mat des ruelles endormies
Dans un dernier brouillard, dans un dernier sommeil
Avant l’heure infâme du lever — du soleil

Trituré par le désir, la sombre anémie.
Mes plus grands bonheurs sont de toi, saoulés au rire
D’un passé pétrifié adorant ton sourire.

Jordan Poncet —  07/04/18

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s