Clair-obscur

rochegrosse - à une passante

Eau-forte réalisée par Eugène Decisy d’après une composition de Rochegrosse ; pour Les Fleurs du mal, 1910 – Source BnF

 

Clair-obscur dans la peinture et tes yeux
C’est un même endroit, calme et fatidique,
Où se repaît le fou, fou des grands cieux,
Ces miroirs, leur profondeur hypnotique
Qu’un soupir meurtri vient coucher au lit
De nos pleurs silencieux. C’est un délit
Que d’avoir ta peau gravée à l’eau-forte
Derrière un épais nuage, et de croire
S’attacher à tes pas sombre cohorte
Aux tristes illusions. Clair — des déboires
Couchés dans l’oubli ; obscur — des mensonges
Cachés dans les plis de tes mauvais songes.
Et pourtant, dès l’aube aux reflets carmin
Se déversant sur tes cheveux châtains,
C’est l’âme innocente aux plaisirs faciles,
Quand les flambeaux fantasques se dissolvent
Dans quelque poussiéreuse et basse alcôve,
Que tu souries avec le teint gracile
D’une prêtresse antique aux vœux d’éther,
Protectrice et pieuse ainsi qu’une Esther.

Jordan Poncet — 15/02/18

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s