Le poète solitaire

Eau forte

Eau-forte réalisée par Eugène Decisy d’après une composition de Rochegrosse ; pour Les Fleurs du mal, 1910 – Source BnF

 

Tandis que le soleil traverse le beau corps
De la déesse Nout, le poète et ses torts
Côtoient la Jézabel de l’âpre solitude,
Sommeillant sur l’autel froid d’une obscure étude.

Car ce sont bien des vers qui tournoient dans sa chambre,
Formant de bleus éclairs, orage éclairant l’ambre
Dans laquelle est son âme aux supplices de l’Heure ;
Car ce sont bien des vers qui se noient dans les fleurs

Qu’il offre en offrande à l’éternité charmante.
Il le sait et maudit ses pensers alcooliques
Que l’amour a souillé par sa ruse avenante.

Sur terre est le secret — au milieu des colchiques — 
De la vie écrit-il, mais parmi les nuées
Se convoite un trésor effaçant nos buées.

Jordan Poncet —  3/11/17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s