Baudelaire aux enfers

rochegrosse-baudelaire

Frontispice pour les Fleurs du mal (1917) par Decisy d’après Rochegrosse

Charles Baudelaire – 1821-1867

À l’occasion du cent cinquantenaire de la mort du poète.

 

Baudelaire perdu dans la grande infortune,
Dans une eau-forte où s’épanche le souvenir
D’un temps passé à fuir les souffrances communes.
Baudelaire aux enfers où se meut le délire.

C’est dans tes yeux perçants que germe le dégoût,
C’est celui du rôdeur couchant la solitude
Sur les pavés grisés de l’horreur multitude,
Sur les gravats du ciel que le vers a dissout.

Le désir a gravit le haut de tes pensées,
À gravé sur ton cœur la chaleur de l’Eté
Qui s’en va, nonchalant, dorer la chevelure

De tes muses aux seins mouillés par la luxure,
Sous des cieux aux relents de voyages éternels
Où se noieront ton âme et l’idéal charnel !

 

              À l’unique dieu Poète

                 Qui jadis vécu

 

Jordan PONCET —  4/03/17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s